LE STRESS la voie de la confusion

LE STRESS la voie de la confusion

Le yoga un état méditatif

Pour certains, le mot yoga veut dire relaxation, alors que pour d’autres il s’agit d’exercices physiques.

Il est vrai que la plupart des sports qui demandent un effort physique créent des tensions musculaires. L’être est tendu vers un but extérieur en raison de l’esprit compétitif. Les mains sont serrées, les jambes sont tendues, le cœur bat à un rythme qui s’accélère, le corps est empli d’adrénaline pour être prêt à prêt à fournir les efforts nécessaires..

La personne vivant cet état au bureau et qui poursuit cet état lors de sa pratique physique ne se relaxe pas. Au final elle a l’impression d’être détendu, mais elle ne l’est pas, elle se fait simplement plaisir et se faire plaisir n’apporte pas une relaxation profonde, mais une détente superficielle bien souvent emplie d’attente : je dois être satisfait !

Pratiquer le sport pour évacuer le stress

En pratiquant le sport, vous évacuer votre stress mais ne lui faites pas face, vous allez entretenir votre corps et non le détendre, vous allez oublier vos soucis et non les résoudre. Certaines personnes ressortent même abattues car elles ont perdu, et exténuées d’avoir brûlé encore plus d’énergie. L’effort intense évacue le stress sans en comprendre la cause, alors que le yoga détend et permet l’introspection.

La plupart des sports consomment de l’énergie alors que le yoga en apporte. Ce pourquoi je pratique personnellement les deux.

Yoga et détente

En tenant confortablement une position pendant au moins une minute, le yoga apporte calme et relaxation. Les muscles s’étirent et se détendent et l’esprit, par la conscience du souffle, se tourne vers l’intérieur. La position est tenue, non pas avec une tension, mais avec un étirement souple, non pas avec force, mais avec conscience.

À l’intérieur d’une postures (asana) nous ne sommes pas là pour changer, mais pour faire évoluer tout ce qui demande à l’être.

Si nous cherchons à combattre le stress, il reviendra encore plus fort. Pour le diminuer, il faut savoir d’où il vient, ce qui le déclenche, et là nous aurons un résultat, car nous saurons changer dans nos comportements pour l’affaiblir.

L’appréhension d’une situation

Bien que des situations soient facteurs à stress, il est bon d’être conscient que celui-ci provient de nous. Si nous regardons en arrière, nous remarquons que des problèmes qui nous semblaient énormes nous paraissent maintenant petits. Pourquoi ? Parce que nous les avons résolus. Une situation devient angoissante quand nous nous limitons dans nos perceptions sans toutefois la résoudre.

Les Samskaras

Le stress construit lentement une mémoire corporelle appelée en sanscrit Samskaras en yoga.

Lors de la pratique du yoga il peut vous sembler que votre corps manque d’entraînement et de souplesse, le fait étant que des mémoires corporelles réapparaissent. Puisque lorsque nous ne prêtons plus attention aux pensées qui circulent dans notre tête, les mémoires reviennent sous forme de douleurs. Ces mémoires, ayant été repoussées et ignorées depuis des années, n’ont pas trouvé de point d’ancrage dans notre conscience et se sont logées dans le corps sous forme de blocages. Bien qu’elles surgissent chaque jour, nous ne les remarquons pas parce que les stimuli extérieurs nous distraient constamment. Ce n’est que dans le silence du mental et du corps qu’elles surgissent et que nous pouvons les sentir.

La méditation

En méditation nous faisons beaucoup plus face aux perturbations qu’aux fluctuations et cela il faut l’accepter car on se sent souvent mal face à ces mouvements qu’on juge négatif. De là, méditer devient difficile.

Pourtant, méditer est une nécessité pour faire surgir les traumas accumulés sous forme de perturbations.

Quelques conseils pour diminuer le stress

  • Écouter son corps et reconnaître l’état de stress en ressentant les signes de tension.
  • Être conscient de sa respiration et la ralentir si elle est agitée, ou la rendre fluide si elle est bloquée par les techniques de respirations.
  • Prendre conscience de sa position physique et adopter une position d’ouverture du cœur : en déplaçant les épaules vers arrière, puis vers le sol. Si vous êtes assis(e) au bureau, tenez vos mains liées derrière le dossier de la chaise.
  • Relâchez les membres tendus (cou, épaules, bras, mains, mâchoire, abdominaux).
  • Pratiquez la méditation minimum 20 min. par jour et utilisez les méditations guidées sous hypnose ou l’hypnothérapie pour cultiver une résolution positive (Shamkalpa).
  • Pratiquez des positions de yoga régulièrement ainsi que le Yoga Restaurateur pour reposer votre système nerveux.
  • Pratiquez la marche douce.
  • Pratiquer la récitation des mantras pour démotiver les pensées négatives.
  • Créez des rituels de détente.
  • Optez pour une alimentation contenant des fibres, des légumes saisonniers, des fruits, des fèves germées, pour permettre une digestion rapide, légère et un corps non alourdi par des combinaisons nocives.
  • Manger chaud est important car le stress est un facteur du dosha vata et toute nourriture froide ou crue l’augmente.
  • Manger léger si vous êtes dépressif, car la dépression est propre au dosha kapha et toute nourriture trop cuite et lourde ne fera que l’augmenter. Évitez les ‘’junk food’’, les fritures …
  • Réduisez la consommation du sucre, de l’alcool, des caféines et des théines et cessez toute consommation de stimulants forts tel que les drogues (cigarette, cocaïne…) qui sont des dépressifs et nocifs pour la santé physique et mentale.
  • Soyez conscient de votre façon de penser. Un esprit positif est gagnant (tentez de voir la leçon positive dans l’expérience) mais ne partez pas dans un positivisme illusoire qui essaiera de vous faire oublier où vous en êtes.
  • Ne vous laissez pas contrôler par vos émotions, mais soyez capable de les maîtriser.

En fermant les yeux, nous pouvons observer que nous n’arrêtons jamais de penser. Notre mental est un puits sans fond d’idées nouvelles qui se mélangent avec nos mémoires anciennes. La pensée est notre enfant qui surgit toujours en conséquence de ce que nous désirons et de ce que nous avons vécu. Mais cet enfant ne veut pas grandir et trouve tous les moyens pour ne pas quitter la maison familiale : notre mental.

L’esprit contient l’essence de notre âme, alors que le mental est le tableau de bord de cette expression, l’outil qui sert à concrétiser et à utiliser notre esprit dans sa forme « terrestre » (sa forme « universelle » étant pure énergie).